Un régime sur-mesure pourrait améliorer certains traitements anticancéreux

On sait que l'alimentation joue un rôle essentiel chez les personnes atteintes de cancer, notamment en raison du risque important de dénutrition et de carence. Ce qu'on sait moins, c'est que certains régimes alimentaires peuvent booster les traitements anticancéreux. Ce sont en tout cas les conclusions d'une étude scientifique de l'Université de Glasgow publiée dans la revue Nature. Les chercheurs ont étudié chez la souris les effets d'une alimentation à laquelle manquaient deux acides aminés, la sérine et la glycine. Pour mémoire, les acides aminés, qui sont des constituants des protéines, sont des éléments essentiels au métabolisme et à la physiologie des cellules des êtres vivants. En ce qui concerne ces deux acides aminés étudiés, on sait que les cellules saines peuvent les produire par elle-mêmes, ce que ne savent pas faire les cellules cancéreuses. D'où l'idée de priver les cellules cancéreuses de ces deux éléments, ce qui a permis de ralentir l'évolution du lymphome et du cancer de l'intestin, ainsi que de prolonger la survie.
De tels "régimes" s'ils sont prometteurs, ne sont évidemment pas à tester soi-même, et doivent rester sous contrôle scientifique strict.